Non-assistance à personnels en danger

Mis à jour : mars 26

Ou comment soutenir un écosystème professionnel à distance ?

Si la pandémie de coronavirus a des répercussions considérables sur les plans sanitaire, politique et économique, les impacts sur notre environnement professionnel et nos habitudes de travail sont également bien réels.


Après avoir organisé la cellule de crise, assuré le soutien opérationnel des équipes et défini les conditions du télétravail, une autre question cruciale reste en suspens : comment maintenir la mobilisation des collaborateurs tout au long de la crise et préparer le retour au bureau ?


Confrontés à l’urgence, les dirigeants ont-ils pris la mesure des impacts psychologiques liés aux changements sur notre environnement professionnel et nos habitudes de travail ?


Ne plus pouvoir se raconter, partager un café ou demander conseil à ses collègues nous placent désormais face à nous-même !



Chacun doit s’adapter, se confronter à sa capacité à se déconnecter de ses habitudes de bureau. Certains vont légitimement verser dans l’anxiété face à l’inédit des circonstances. Nous allons tous devoir réinventer notre quotidien, nous adapter, sachant que nous ne sommes pas tous en mesure de l’appréhender de la même façon.

Les dirigeants, qui au-delà de leur fonction restent des humains comme les autres, sont-ils eux-mêmes préparés à la gestion de ce type de crise ? Sont-ils les mieux armés face à l’anxiété et au stress de leurs collaborateurs ?

Comment piloter ses équipes à distance et maintenir la continuité de l’activité ? Comment répondre à l’isolement et au repli sur soi qui guettent certains.

Pour répondre à toutes ces problématiques, les dirigeants doivent faire preuve d’une capacité d’empathie et d’écoute leur permettant à la fois de manager leurs équipes et de préparer l’avenir. Cette crise pourrait alors devenir l’occasion d’apporter davantage d’humanité dans la relation professionnelle. A ce titre, le rôle des managers est plus important que jamais.

L’enjeu est bien d’encourager une communication vivante et stimulante qui rassure les collaborateurs, évite la circulation d’infox et stimule la dynamique de groupe. Il s’agit de manifester l’estime et la reconnaissance que l’on porte à ses collaborateurs, non de s’assurer uniquement de leur rendement professionnel. Il devient donc urgent de comprendre comment ce nouvel aménagement de travail est perçu par les équipes…

Rappelons qu’au sens étymologique du terme, le mot « communication », c’est « mettre en commun… » donc partager


Pour réussir cette coordination et maintenir le lien, le plus important sera donc de mesurer l’impact de la crise sur la cohésion de groupe. Puis d’identifier les personnes qui sont les plus fragilisées par cet épisode, afin de mettre en place un accompagnement adapté.


Nombre d’études, relayées par les psychologues, démontrent que l'isolement a des effets délétères sur notre psychisme et notre moral. Des contacts sociaux limités, voire inexistants, entraînent des conséquences psychologiques bien réelles ; l'interdit et la privation de liberté nous confrontent directement à des sentiments d'impuissance et de peur. Rester confiné à domicile n'est en rien naturel, chacun éprouve le besoin fondamental de se mouvoir librement.


Ces mêmes études ont encore permis de relever toute une série de facteurs de stress persistants bien après la période de confinement et une fois la situation rétablie.


L’ensemble de ces observations suggèrent qu’il est vital d’anticiper le retour au bureau, en déployant des stratégies de nature à faciliter la transition !





Genève  

24-26 Rue de Saint Léger

1204 Genève

kguennad@agenceseptiemesens.com

Paris 

18 rue Thiboumery

Paris 75015

sloh@agenceseptiemesens.fr