Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer…

(Charles le Téméraire)



A se balader à l'heure automnale au cœur d'un parc arboré d'Ile-de-France, rien ne laisse transparaître le dérèglement écologique mondial et les menaces qui pèsent sur la planète. Ici, subsistent des oasis de verdure, les chefs d'œuvre de la nature sont encore préservés.

C'est loin d'être le cas partout, ne serait-ce qu'en Europe, et sans parler de tous ces pays qui, à l'été 2018, ont subi, incrédules, des phénomènes aussi ravageurs que meurtriers.

L'indicateur le plus édifiant est sans aucun doute la hausse des températures, on avance même qu'en Australie il est des endroits où il n'a pas plu depuis sept ans... Il y a longtemps que la maison brûle, que les canicules enflamment les continents, que la survie des espèces et des écosystèmes est en péril, que les déplacés climatiques affluent. Disparition d'oiseaux, d'insectes, dégradation des trois quarts de la planète, montée constante du niveau des océans …

Le plus frappant, à l'aune de tous les avertissements, des rapports alarmants qui sont produits quotidiennement, c'est surtout le sentiment de faire marche arrière, d'où l'anxiété qui gagne le monde, le repli sur soi qui favorise une vague anti-démocratique et l'émergence de partis autoritaires, en Europe même.

Il n'y a rien à attendre des gouvernants de ce monde, une grande partie de l'humanité l'a compris, qui prend des mesures à son échelle quand bien même se situeraient-elles au rang du légendaire colibri.


Qui l'eut Cru ?

C'est un fait, partout sur le territoire les conversions se multiplient - des études démontrent qu'entre 2007 et 2015 (soit en 8 ans), le nombre d'exploitations bio en France est passé de 1 907 à 5 176. Concernant la viticulture, les surfaces en bio sont passées, elles, sur la même période, de 14 632 ha à 57 601, cependant qu'en 2017, le vin représentait pratiquement les 2 tiers des exportations de produits bio en valeur. En dépit des aléas et des caprices de la nature, ce marché enregistre une croissance annuelle d'environ 15 %, depuis 10 ans. Et avec moins de fongicides, moins de pesticides et même moins de sulfites au niveau des vinifications.


L'avenir se cultive aussi dans les vignes.

Des résultats plus qu'encourageants pour tous ces artisans de la terre et des vignes qui ont choisi la politique de l'action et dont l'implication pour composer avec leur environnement naturel, en découvrir les richesses, étudier les sols, l'eau, contribue à l'élaboration de fameux crus.



Genève  

24-26 Rue de Saint Léger

1204 Genève

kguennad@agenceseptiemesens.com

Paris 

18 rue Thiboumery

Paris 75015

sloh@agenceseptiemesens.fr